Cette semaine, dans le thème la religion, nous voyons :

Les religions orientales.

A proprement parler, l'Orient constitue le berceau des religions qui façonnent le monde occidental. Jésus était juif, Mahomet est né en terre arabe. On désigne donc tout particulièrement sous le terme de « religions orientales », non pas les doctrines nées et diffusées à partir du Moyen-Orient, mais celles qui ont structuré la vie sociale et les mentalités des pays dits d'Extrême-Orient, mais aussi de l'Inde.

De grands pays comme la Chine, le Japon ou l'Inde ne comptent dans leur population que peu d'adeptes des trois monothéismes, et la rencontre avec ceux-ci tourna parfois à l'affrontement violent.


L'hindouisme, une des plus anciennes religions de l'humanité

L'hindouisme peut être considéré comme une des plus vieilles religions de l'humanité: on date son apparition à 1 500/2 000 ans avant Jésus-Christ. C'est une religion polythéiste qui comporte plusieurs milliers de divinités !


La réincarnation

L'hindouisme repose sur la croyance en la réincarnation successive des êtres humains et en la succession des cycles du monde, qui se renouvelle sans cesse.


Le Veda

L'ouvrage de référence de l'hindouisme se nomme le Veda, mot signifiant « le savoir », et contient des prescriptions et conseils pour tous les domaines de la vie humaine. Il est d'usage d'apprendre par coeur certaines de ses formules ou des prières qu'il contient, que l'on désigne sous le terme de mantra.


Le système des castes

L'hindouisme, c'est aussi un système social pluriséculaire, celui des castes, qui structure toujours la société indienne, même si, depuis l'indépendance en 1947, ses effets les plus dommageables ont été tempérés par des mesures démocratiques. Il consiste à séparer les individus selon des catégories auxquelles ils appartiennent en vertu de leur lignée. Les castes correspondent ainsi à différentes fonctions : religieuses, guerrières, productives.

Au sommet de la hiérarchie se situent les brahmanes, qui doivent faire respecter les lois et les règles morales et spirituelles, tandis que les « intouchables », membres des castes inférieures, sont exclus des pratiques religieuses et ne peuvent fréquenter les castes supérieures.


L'éveil du Bouddha et le bouddhisme

De même que Jésus ou Socrate, Bouddha n'a laissé aucune trace écrite de sa main d'un enseignement quelconque. Et pourtant, c'est bien à partir de son nom qu'est forgé le terme de bouddhisme, qui désigne ainsi ceux qui suivent les enseignements du Bouddha.


Bouddha

II serait né en 566 avant notre ère, non loin de l'Himalaya. Il appartiendrait du clan Gautama; son nom de famille était Siddharta.

Le nom de Bouddha signifie « celui qui s'est éveillé ». En effet, la vie du Bouddha est marquée par une quête de sagesse.


Le bouddhisme

Le bouddhisme présuppose la croyance en la réincarnation, mais celle-ci est vue comme un enchaînement incessant dont il faut se délivrer. Pour cela, il faut pratiquer l'ascèse, renoncer à ses désirs et ses passions qui occasionnent la souffrance, afin de parvenir à une libération complète et atteindre le nirvana, c'est-à-dire un état de plénitude et de joie. Puisque le désir entraîne la douleur de l'insatisfaction, il faut donc cesser de désirer. Bouddha est ainsi le modèle de celui qui est parvenu à mettre en pratique ces idées.

Selon la tradition, Bouddha aurait connu 547 existences successives, avant de parvenir à un état de paix éternelle.


Sujets possibles

La religion est-elle compatible avec la modernité ?

La religion est-elle le signe d'une démission de la raison ?